Tertiaire: 05 57 96 92 92 - Industrie: 05 56 92 50 50 - Santé: 05 56 06 06 05
Sélectionner une page

Anne-Claire ROTURIER : Accompagner dans un monde qui bouge

Parce que le portage salarial, c’est avant tout une histoire de rencontres, nous avions envie de vous présenter des histoires de vie, des aventures humaines et des parcours professionnels.

Cette galerie de portraits se poursuit par la rencontre avec Anne-Claire ROTURIER.

 « Durant tout mon parcours, j’ai travaillé pour des structures en création ou en mutation. Ma trajectoire professionnelle me permet d’accompagner mes clients pour cibler leur offre et leur développement dans leur environnement spécifique»

Anne-Claire est consultante et a eu une vie professionnelle bien remplie déjà. Son premier terrain de prédilection était les environnements internationaux. Motivée par les questions de transmission, en 1995, après un DEA (Master II) réalisé avec le CNRS sur la décentralisation de la formation des jeunes, elle intègre la région Aquitaine au sein de la Mission Formation/Emploi en création. Dans la foulée, elle rejoint l’Université de Bordeaux pour élaborer des nouveaux parcours de formation en Validation d’Acquis.

Une famille qui s’agrandit et en 2003, Anne-Claire souhaite faire une pause dans son parcours riche et ainsi consacrer du temps à ses proches. Pause plutôt rythmée puisqu’elle vivra une expatriation familiale aux Emirats Arabes-Unis et des engagements multiples dans la société civile. En 2010, elle est la première Directrice Générale recrutée au CREAQ, structure qui promeut la maîtrise de la consommation d’énergie. Son rôle est de rentabiliser le fonctionnement, et de formaliser une offre pour répondre aux besoins des collectivités territoriales. Pendant 6 ans, elle manage une équipe de 12 personnes en menant des expérimentations sur l’acceptabilité sociale du développement durable. Elle favorise les pratiques nouvelles en particulier via la formation.

L’amorce de la fusion des collectivités territoriales change quelques règles du jeu. Anne-Claire souhaite accompagner le développement économique des entreprises.

En 2016, elle se forme alors aux méthodologies de l’Innovation Stratégique, en Executive MBA avec l’Epitech, premier de France 100% e-learning. Durant son cursus, elle assure des missions de conseil auprès de TPE, PME, ETI. Pour finaliser son parcours en 2017, elle co-crée avec deux associés une entreprise IT dans le domaine de la dématérialisation de décisions. Son équipe lève des fonds, elle occupe la fonction de directrice administrative et financière.

Très vite, un établissement culturel lui propose de réaliser un management de transition suite à une fusion/absorption. Elle relève le challenge tout en étant persuadée que la réalisation de cette mission ponctuelle par un regard extérieur de consultant aurait facilité les préconisations.  L’envie de développer une activité indépendante s’impose alors.

Côté engagement, on retrouve Anne-Claire comme coach aux Kfés pro de la Maison de l’Emploi de Bordeaux. Elle est également vice-présidente d’une association transpartisane œuvrant pour la construction européenne. Dans cette fonction, elle anime des conférences, organise des manifestations, se transforme en community-manager en formant les bénévoles à l’utilisation des réseaux. Son projet se précise et toujours cette volonté : amener un regard extérieur, objectif et confidentiel à l’entreprise, accompagner les aspects financiers, managériaux et stratégiques… « Réussir le positionnement dans un monde qui bouge plus vite »

Alors pourquoi choisir le portage salarial ?

Anne-Claire nous explique qu’elle a envisagé tous les statuts. Celui d’autoentrepreneur lui paraît trop précaire et isolé. Elle connaît les contraintes administratives de la gestion de structure, et souhaite pour l’instant cibler le cœur de son activité. Elle laisse donc de côté le statut de SAS qui lui plaisait.

« Je souhaite travailler en indépendante mais surtout dans un réseau, où le mentorat se partage ». L’objectif est de retrouver une forme de vie d’équipe ! Anne-Claire rencontre Transicia lors d’un after-work et creuse cette idée. L’ancrage territorial proposé par Transicia, et les rencontres avec les personnes qui développent cette entreprise à taille humaine, correspondent à sa logique personnelle de développement.

Anne-Claire ROTURIER ? Quelles sont vos services ?

Le ciblage et le positionnement de stratégie Business

La transformation Développement Durable d’activités (RSE)

L’acculturation et la communication digitale des entreprises

La création d’évènementiels

J’ai récemment accompagné un village de l’Hérault à remplir un cahier des charges pour lui permettre d’obtenir des fonds pour implanter des Energies Renouvelables. Je propose également d’accompagner entreprises et collectivités à l’obtention de labels et agréments.

Vos conseils aux créateurs ? Etablir sans concession à minima un Business-Model ! Bien analyser ses forces et ses faiblesses, calculer le seuil de rentabilité. Il est indispensable d’établir une projection financière à 3 ans, avec un focus à 18 mois, période charnière pour les entreprises. Lorsqu’on développe une nouvelle activité, il est essentiel de tester son marché.

Avez-vous un projet, un rêve à accomplir ? J’aimerais implanter des activités de service traditionnellement urbaines en territoire rural, les technologies numériques peuvent y contribuer. Relier secteur privé et public en accompagnant de petites collectivités, la dimension européenne de notre économie le permet…Pragmatique, je suis passionnée par les projets dont la valeur ajoutée est la simplicité d’accès.

Février 2019, Laurence Ducos, RME Transicia

Philippe RION : Prendre son destin en main

Parce que le portage salarial, c’est avant tout une histoire de rencontres, nous avions envie de vous présenter des histoires de vie, des aventures humaines et des parcours professionnels.
Cette galerie de portraits débute par la rencontre avec Philippe Rion.

Lorsqu’on demande à Philippe d’où lui vient cet accent, sa réponse est déjà toute une histoire…

Cela commence par des voyages depuis plus de vingt ans. Des expériences de vie à l’étranger (Europe et États-Unis). On remonte aussi aux origines belges, bruxelloises surtout.

Retour ici et maintenant : Bordeaux.

Pourquoi cette ville ? Quand il a dû choisir avec son épouse un lieu de vie en Europe, leur souhait était de trouver une ville proche de la mer et de la montagne. Il fallait également qu’elle soit bien située par rapport aux autres grandes métropoles européennes. En effet en 2010, Philippe est Responsable Commercial Europe pour une entreprise indo-américaine spécialisée dans les logiciels de gestion de données SAP. C’est son premier poste en France. Pour lui, la France c’était plutôt le pays des vacances.

En 2011, l’entreprise est rachetée par un grand groupe et Philippe est peu enclin à travailler dans une entreprise de cette taille.

Son fil rouge professionnel a toujours été le commercial. « Je pensais qu’avec mes expériences multisectorielles et multi culturelles, ce serait facile de trouver un poste ».
Nous sommes en 2011 et tout un réseau à construire. Philippe se relance sur un poste de commercial avec ses propres méthodes issues de ses riches expériences. Il découvre qu’en France le métier de commercial est très « typé ». Le vendeur est toujours représenté en costume cintré et chaussures pointues comme décrit dans un roman de Jean-Christophe Granger. C’est un métier dans lequel on arrive mais qui est rarement choisi. Une occupation plus qu’une profession.

Il intègre une entreprise d’énergie renouvelable, devient le 2ème commercial en terme de résultat sur les 600 présents en France. « Je constate que les méthodes sont ancestrales, la philosophie est out. Je suis un disrupteur. J’inverse les techniques et les argumentaires…j’ajoute de l’éthique ». Son audace lui permettra d’accéder au poste de directeur régional adjoint. Quatre ans passent, le marché a évolué et l’entreprise dépose le bilan. Philippe poursuit son chemin dans d’autres entreprises. Jusqu’à la décision de se lancer dans sa propre activité et de faire évoluer différemment son parcours professionnel.

Est-ce le fait d’avoir côtoyé de nombreux managers en difficulté ? Il voit bien que personne ne choisit véritablement de changer de carrière. Ce que l’on a comme pouvoir, c’est le choix du rebond. Il y a chez Philippe une envie forte de prendre son destin en main. « On ne connait pas son avenir mais on peut préparer son futur ».
Cette énergie de la créativité lui permet d’envisager de fabriquer un futur qui pourra aller au-delà de l’âge de la retraite.

Quels sont ses ambitions ? Allier son environnement proche, le plaisir et l’autonomie financière. Valoriser son expérience et ses qualités.

Comment ? Devenir Consultant Formateur ! Son projet est bien là. Se positionner comme une boite à outils à destination des entreprises.
Toujours dans cette dynamique d’apprentissage, il va chercher auprès de Sup de Co La Rochelle (Excelia Group La Rochelle) une formation et des certifications complémentaires.
Durant cette formation, il découvre de nouvelles méthodes et se forme à la formation digitale. Son offre bouge déjà !

Alors Philippe Rion ? Quelles seront vos services ?

Proposer des formations techniques sur l’action commerciale.
Réaliser des conférences sur des thèmes liés à la vente.
Conseiller les commerçants dans leur stratégie commerciale.

Le 12 février, la formation s’achève mais Philippe a déjà anticipé son développement. Conscient de la difficulté d’être à la fois un développeur, un technicien et un gérant d’entreprise, il a choisi de démarrer son activité en étant « porté». En effet, le portage salarial va lui permettre de se dégager des tâches administratives. Il va également pouvoir bénéficier d’un accompagnement et de la force d’un collectif.

Le mois prochain, nous vous proposons de retrouver Philippe à la fin de son cursus de formation et dans le démarrage de son activité de consultant !

A suivre….

Janvier 2019, Laurence Ducos, RME Transicia

Le cercle Lucie commence l’année !

Mardi 8 janvier, le cercle Lucie Nouvelle Aquitaine avait décidé de démarrer l’année en se réunissant à l’ESAT Magellan ( Pessac). Une quinzaine de participants a profité de ce temps pour travailler ensemble sous forme d’atelier d’intelligence collective.

Le thème de la journée d’échange : « Développer son ancrage territorial et son rayonnement local grâce à la RSE ».

Des bonnes pratiques, des idées et pistes sérieuses, des projets émergents : tous les ingrédients étaient réunis pour que la journée soit productive.
Les entreprises présentes sont toutes engagées dans le Label Lucie. Lucie est une communauté d’organisations qui partagent la même volonté : rendre ce monde plus juste et plus respectueux des hommes et des territoires.

Vous êtes curieux ?

 

 

Rétrospective 2018

Parce que les échanges humains ont toutes leur place dans nos relations, transicia participe tout au long de l’année à de nombreuses manifestations.

En 2018, nous avons pu nous rencontrer lors de forums emploi, de rallyes entreprises, de job dating, d’entretiens conseils, d’ateliers collectifs et sur des salons.
Suivez- nous sur les réseaux pour connaitre toute notre actualité !

Notre page Facebook

En conformité avec le RGPD, Transicia vous informe que vous n’êtes pas suivi en visitant son site.
Nous relevons uniquement votre présence de manière anonyme pour connaître l’audience de notre site.

Cliquez ici pour connaître notre politique en matière de protection de vos données personnelles

Info : transicia obtient le renouvellement du Label Lucie